Le Crocodile Paroissial
Humour athée, parodie et satire.

Les informations de l'agence EAP sont d'une "exactitude biblique."



Notre site paroissial
est #1 sur Google !


Sujets d'actualité
Clonage chrétien
Immortalité du Pape
Kung-fu catholique
Faux paroissiens
Culte de Marcel
L'Eglise admet que la terre est ronde
Sectes
Pétomanie
Renouveau charismatique
Prêtres athées
Eau bénite
Spiritualité marxiste
Chrétiens primitifs
Halloween
Vraie Croix
Iznogoud accusé d'islamophobie
Casimir

Liens externes
Jésus-o-Matic
FAQ sur l'athéisme
Dieu : 329 arguments

Donnez votre avis !
Contacter la rédaction
Forum de discussions




wArchives:


-- ACCUEIL --



wPublicité








This page is powered by Blogger. Why isn't yours?
wvendredi 27 décembre 2002


Le curé payait des faux paroissiens


MARSEILLE (EAP) - Le père André Martinez était l'étoile montante du diocèse d'Aix-en-Provence, et les fidèles étaient apparemment nombreux à se déplacer de toute la région pour entendre ses sermons dans son église de Berre l'Etang. La surprise a été d'autant plus rude lorsque le Midi Libre a révélé lundi que le père Martinez payait des chômeurs pour assister à ses offices.

Tous les vendredis depuis un an, le père Martinez se rendait en civil dans les agences de l'ANPE de Vitrolles ou Salon de Provence. Sur place, il proposait discrètement à des demandeurs d'emploi de faire acte de présence à ses messes, moyennant finances.

L'église Saint Césaire de Berre comptait ainsi chaque dimanche jusqu'à une vingtaine de pratiquants rémunérés. La supercherie a pris fin cette semaine, lorsqu'une catholique de passage a reconnu dans l'assistance l'un de ses cousins, mécréant notoire. Sommé de s'expliquer, celui-ci a dévoilé le pot-aux-roses.

Pourtant, loin de regretter ses actes, le père Martinez les revendique fièrement. "Quelle différence avec nos missions dans le Tiers-Monde, où le nombre de paroissiens est directement fonction de l'argent dépensé?" dit le prêtre. "Et on ne va pas me faire croire que ceux-là sont motivés par le christianisme, et non par l'aide matérielle qui leur est apportée."

Le père Martinez a été jusqu'à citer l'évangile de Mathieu dans un entretien à paraître dans le journal La Croix. "Lisez ce que dit Jésus dans la parabole des noces: quand les invités refusent de venir, le roi envoie ses serviteurs inviter des gens au hasard, à condition qu'ils soient bien habillés." Et le prêtre de faire le parallèle avec les lieux de culte qui se vident progressivement dans notre pays.

Un doute a brièvement plané sur l'origine des fonds, et certains ont parlé d'une nouvelle affaire de Rennes-le-Château. Mais une buraliste de Berre l'Etang, Antoinette Picard, a rapidement fait le lien avec sa mère Marguerite, décédée il y a plus d'un an à l'âge de 92 ans.

"Je comprends pourquoi le père Martinez était si empressé à visiter Maman à l'hôpital Saint Thomas," dit Mlle Picard, qui décrit sa surprise lors de l'ouverture du testament.

"Marguerite Picard a légué 83.000 euros à la paroisse, en précisant que l'argent devait être employé pour 'que renaisse la pratique religieuse'" dit Maître Armand Joubert, notaire à Vitrolles. "J'estime que le père Martinez a respecté la lettre des instructions de ma cliente, sinon leur esprit."

D'après certaines informations, l'évêché aurait maintenant pris possession du compte en banque de la paroisse. Le reste de l'héritage de Marguerite Picard sera donc versé aux missions de l'Eglise au Rwanda, afin d'y augmenter l'audience du catholicisme.

Selon toute vraisemblance, l'imposture aurait été éventée un jour ou l'autre, car les faux paroissiens ne restaient jamais très longtemps au service du curé de Berre l'Etang.

"Comment peut-on supporter ça plus de deux semaines de suite?" demande Marcel, comptable au chômage. "C'est interminable, et d'un ennui mortel. Le plus déprimant, c'est le ton lugubre du curé quand il récite ses formules magiques."

"Et pas question d'y changer quoi que ce soit" renchérit Habib, un publicitaire qui a depuis retrouvé un emploi. "Pourtant, je lui avais fait des propositions de relooking pour faire plus tendance, mais sans succès."

Même si l'Etat n'est pas concerné par les affaires internes des religions, une enquête a été diligentée par l'Inspection du Travail. "N'ayons pas peur des mots: ces gens étaient payés au noir, ils n'avaient aucune couverture sociale" explique Alexandra Mercier, de la DDTEFP des Bouches-du-Rhône. "Imaginez que l'un d'eux, accablé d'ennui, se soit endormi et se soit blessé en tombant sur un prie-dieu!"

L'évêché d'Aix-en-Provence est pour l'instant resté discret sur cette affaire, et l'on ignore si des sanctions seront prises. Il semble de toute façon que les ambitions épiscopales du père Martinez soient maintenant bien compromises.

Cependant, le curé de Berre l'Etang n'a pas que des détracteurs dans la hiérarchie catholique. Et au sein de l'Eglise, plusieurs voix s'élèvent déjà pour soutenir le prêtre.

"Avec la baisse de la pratique religieuse en France, de nombreux évêchés risquent de tomber en déshérence" dit Mgr. Jacques David, évêque in partibus d'Evreux. "Comment voulez-vous justifier un diocèse avec moins de 3% de pratiquants? En cela, la démarche du père Martinez est porteuse d'espérance, car elle propose une vraie solution à un problème qui interpelle toute l'Eglise."



Copyright (c) 2002 Thomas Zartregu. Ce texte est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes ou des évènement existants ou ayant existé ne serait qu'une coïncidence.



posté par Thomas à 21:27 -


Commentaires des lecteurs

subtil et réaliste
(tellement plausible en plus)
j'aime beaucoup

l'allusion aux "ouaillles" du tiers monde est délicieuse

ageasse
 
Publier un commentaire



RETOUR AU SOMMAIRE