Le Crocodile Paroissial
Humour athée, parodie et satire.

Les informations de l'agence EAP sont d'une "exactitude biblique."



Notre site paroissial
est #1 sur Google !


Sujets d'actualité
Clonage chrétien
Immortalité du Pape
Kung-fu catholique
Faux paroissiens
Culte de Marcel
L'Eglise admet que la terre est ronde
Sectes
Pétomanie
Renouveau charismatique
Prêtres athées
Eau bénite
Spiritualité marxiste
Chrétiens primitifs
Halloween
Vraie Croix
Iznogoud accusé d'islamophobie
Casimir

Liens externes
Jésus-o-Matic
FAQ sur l'athéisme
Dieu : 329 arguments

Donnez votre avis !
Contacter la rédaction
Forum de discussions




wArchives:


-- ACCUEIL --



wPublicité








This page is powered by Blogger. Why isn't yours?
wdimanche 29 décembre 2002


Clonage et Christianisme

ROME (EAP) - Lors d’une conférence de presse à 14:00 aujourd’hui, le professeur Giancarlo Basti, responsable du laboratoire de biologie de l’Université du Vatican, a révélé l’existence d’un programme de recherche destiné à cloner Jésus Christ, le fondateur du christianisme.

"Cela ne surprendra aucun chrétien" a indiqué le cardinal Joseph Ratzinger, "car la duplication de la personne de Jésus est réalisée quotidiennement à travers le miracle de la Transsubstantiation. De même, la Résurrection de la Chair est partie intégrante de la doctrine chrétienne. L'Eglise vit avec son temps, et nous souhaitons simplement profiter des avancées de la science pour réaliser notre foi."

Ce programme a été lancé au début du pontificat de Jean-Paul II, mais n'a réellement pris son essor que depuis une dizaine d'années. Selon certaines sources, le tiers du denier du culte est actuellement consacré à l'équipement d'un vaste laboratoire situé dans les sous-sols de la cathédrale Saint-Pierre. Trois projets distincts sont prévus.

Le premier projet, actuellement en cours, consiste à utiliser les techniques de culture in vitro pour faire croître des vaisseaux sanguins et des fibres musculaires à partir de cellules humaines souche. La technologie est similaire à celle mise en pratique pour la culture de la peau pour le traitement des grands brûlés.

"Grâce à des dons de cellules par des chrétiens volontaires, nous avons obtenu au bout de quelques semaines du sang et de la viande d'une grande qualité nutritive. Les lions du zoo de Rome s'en sont nourris sans aucune séquelle" dit le professeur Basti. "Cependant, il nous reste à obtenir un échantillon d'ADN de Notre Seigneur pour que cette chair et ce sang puissent remplacer le pain et le vin lors de l'Eucharistie."

Recherche d’ADN

Car c'est bien là que le bât blesse. L'Eglise ne possède pas d'ADN dont la provenance soit certifiée. D’après la doctrine chrétienne, Jésus est ressuscité au 1er siècle, emportant avec lui son corps mortel. Cependant, selon les théologiens, cela ne concerne pas les particules corporelles laissées derrière lui avant son décès, telles que sang, squames, cheveux ou rognures d'ongles.

Plusieurs pistes sont donc en cours d'investigation après consultation des vastes archives du Vatican. Vingt mètres cubes de morceaux de la Vraie Croix ont été récupérés dans toute la chrétienté et sont en cours de séquençage, ainsi que quelques tonnes d’hosties consacrées. Le suaire de Turin est maintenant écarté suite à sa datation au carbone 14, mais d’autres suaires sont en cours d’examen. Selon un officiel du Vatican, l'Etat pontifical a approché le gouvernement autrichien pour qu'il lui cède les clous de fer incorporés à la couronne de Charlemagne, conservée à Vienne.

Parmi les autre pistes, l'analyse de Matthieu 4:8 qui décrit le Diable emmenant Jésus au sommet d'un haute montagne. Des membres du clergé se préparent donc actuellement à une série d'expéditions dans l'Himalaya pour retrouver sous la glace des cheveux du Messie. "La calvitie est un phénomène courant à l'approche de la trentaine" a indiqué le professeur Basti. "Pleinement Dieu, Jésus était aussi pleinement homme; il a sûrement perdu des cheveux sous l'effet du stress de Sa conversation avec le Démon."

Plusieurs catholiques anglais ont proposé de partir à la recherche du Saint Graal, un récipient légendaire qui aurait contenu le sang de Jésus – mais le Vatican n'a pas souhaité y donner suite.

Une fois un échantillon d'ADN obtenu, pourra démarrer le second projet : le séquençage du génome de Jésus. "La moitié de Son patrimoine génétique provient de Marie, mais l'autre moitié a été apportée par l'Esprit Saint" dit le professeur Basti. "Qui plus est, Son chromosome Y est entièrement d'origine divine, puisque Marie, étant une femme, n'a pu apporter que deux chromosomes X. Grâce à ce projet, la théologie va enfin devenir une science exacte!"

Foi et clonage

Le troisième et dernier projet concerne en effet la production d'un embryon possédant la totalité du patrimoine génétique de Jésus, et sa naissance suite à une grossesse menée à son terme. Pour tester la technique, des cellules de peau ont été prélevées sur le Souverain Pontife, et des embryons sont en cours de gestation dans une dizaine de couvents en Europe.

"L'Eglise n'a nullement changé d'avis sur le sujet du clonage humain" déclare Mgr. Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris. "Il va de soi que nous condamnons fermement les actions de ces médecins italiens, qui se sont procuré notre technologie on ne sait comment. Quant à certaines sectes avides de publicité, elles n'ont droit qu'à notre mépris. De plus, leurs moyens sont largement inférieurs aux nôtres". Le Vatican étant un Etat souverain, il n'est pas concerné par d'éventuelles lois communautaires anti-clonage.

Dans les milieux protestants, certains disent leur inquiétude. "Ces fous vont créer l’Antéchrist, annoncé par 1Jean 4:3, qui étendra sur le monde son règne de terreur!" dit Armand Serrois, recteur de l’université Martin Luther à Genève. Ce risque est cependant jugé nul par la hiérarchie catholique, selon laquelle l’Antéchrist s’est déjà incarné en la personne de Mgr. Jacques Gaillot.

Par ailleurs, plusieurs historiens expriment leur scepticisme envers l'ensemble du programme, faisant valoir l'absence de preuves de l'historicité du personnage décrit par les Evangiles. "Nous recommandons à ces soi-disant historiens de se mettre en règle avec leur conscience" dit Mgr. Jean-Marie Lustiger, "car elle est maintenant proche, l’heure où Il reviendra pour juger les vivants et les morts, et Son règne n’aura pas de fin !"

Interrogé lors de la conférence de presse, le professeur Basti a estimé que ce projet aboutira "du vivant de certains qui se trouvent dans cette salle."



Copyright (c) 2001 Thomas Zartregu. Ce texte est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes ou des évènement existants ou ayant existé ne serait qu'une coïncidence.



posté par Thomas à 13:50 -


Commentaires des lecteurs

Et la si la bible disait vrai ?

La Bible indique clairement sa position sur ce sujet, l'Homme dans son orgeuil et son éloignement de Dieu, se prend justement pour lui !
Qu'on ne se méprenne pas, il y aura des comptes à rendre, ce n'est pas parceque la patience de Dieu perdure que nous devons l'en oublier !
 
Pas mal...

Catholique convaincu, je me suis beaucoup poilé à la lecture de cet article, bien plus fin et référencé que les habituelles sorties d'athées "bouffeurs de curé".

C'est bien simple : un catho aurait pu les écrire ;-)
 
Publier un commentaire



RETOUR AU SOMMAIRE